Burqa_ill_artlibre_jnl[1]

 

Dans ta prison de toile sombre

Sœur, tu n’as plus de liberté,

Tu déambules comme une ombre

Sur les trottoirs de ton quartier.

 

Une ombre n’a pas de visage,

Pas de rondeurs sous son corsage

Ni de cheveux défaits au vent

Qui brillent au soleil levant.

 

Une ombre, ça ne pense pas,

Ça ne rit pas, ça n’a pas d’âme

Et la malédiction infâme

S’accroche à chacun de ses pas.

 

Tu es l’ombre de ton seigneur

Qui règne sur toi sans partage

Et t’impose par la terreur

Des lois phalliques d’un autre âge !

 

Quel est ton crime ou ton forfait

Pour être enfermée à jamais,

Dissimulant ton corps de femme

Qui devrait être un oriflamme ?

 

Même une vache est mieux traitée,

Qui broute l’herbe et le plantain

Et gambade dans la rosée

En regardant passer les trains.

 

Dans ta prison de toile noire

Sœur, tu n’as plus d’identité,

Ton existence est illusoire,

Tu es une ombre sans papiers …

 

 

 

Poisson-chat (3 mars 2010)burka_72_la_clau[1]