seins_presses2

Incroyable l’imagination démoniaque dont font preuve certains humains !

Une coutume ancestrale  appelée « repassage » - mais qui n’a rien à voir avec la tâche ménagère du même nom ! - consiste à faire chauffer sur un brasier une pierre plate, un pilon, une spatule ou un autre ustensile et à l’appliquer chaque jour sur des seins naissants afin de freiner leur croissance ce qui a pour but d’éliminer toute féminité chez les adolescentes et de les soustraire ainsi aux regards des garçons !

Cet acte abominable concerne près de 4 millions de fillettes âgées de 12 ans en moyenne, principalement au Cameroun mais aussi dans des pays d’Afrique centrale et de l’Ouest, tels le Tchad, le Togo, le Bénin et la Guinée et, tout comme l’excision et l’infibulation, ce sont les femmes, elles-mêmes victimes, qui reproduisent ce qu’elles ont enduré. A cause de l’ignorance, des habitudes, des préjugés, elles sont persuadées qu’en empêchant leurs filles d’avoir des seins normaux, les hommes se détourneront d’elles et que l’âge des premiers rapports sexuels sera repoussé de quelques années !

Au Cameroun où le sexe est généralement un sujet tabou, les mères utilisent le « repassage » des seins comme méthode contraceptive. Hélas, ce procédé n’est guère efficace puisque plus de 30 % des Camerounaises se retrouvent enceintes avant l’âge de 16 ans.
    
Non seulement cette pratique est une torture mais elle a des conséquences désastreuses sur leur santé. Elle conduit à des séquelles corporelles irréversibles : affaissement de la poitrine, douleurs terribles provoquées par les brûlures, démangeaisons, abcès, kystes, infections, fièvre, voire développement précoce du cancer du sein et à des traumatismes psychologiques ineffaçables.
    

La-technique-archa-que-repassage-seins

 

Les luttes féministes, symbolisées par la journée du 8 mars, sont loin d’être terminées. Eradiquer cette abjection d’un autre âge qu’est le « repassage » des seins et toutes les mutilations perpétuées au nom d’usages infâmes souvent sous le couvert de religions, fait partie des combats à mener car elles sont une atteinte à l’intégrité physique et à la dignité de mes semblables.
    
Il est intolérable que ces atrocités soient commises toujours à l’encontre des femmes car aurait-on l’idée de « repasser », de fendre ou de coudre le zizi des mâles pour les empêcher de courir ?

Il est intolérable aussi, en cette deuxième décennie du 21ème siècle, que chez nous une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son bourreau, qu’une soit violée toutes les sept minutes et qu’ailleurs, privées de droits, elles soient traitées comme du bétail et subissent toute sorte de violences allant parfois jusqu’à la mort !
    
Il est intolérable enfin qu’elles soient les sempiternelles souffre-douleur de l’humanité !


(24 décembre 2014)
  

repassage-de-seins0001