premier-mai-manif[1]

 

L’indignation m’étreint car la foule futile

A fait du Premier Mai, unique et prestigieux,

La fête du muguet, prétexte mercantile

Qui jette dans l’oubli nos illustres aïeux.

 

Martyrs de Chicago, de Fourmies et d’ailleurs,

Dont le sang a rougi les pavés de l’histoire

Des humbles, des sans nom, de tous les travailleurs,

Vous avez remporté une rude victoire !

imagesCAD0A9BD  

Qui se souvient de vous parmi la multitude ?

Qui connaît vos tourments, vos actes audacieux,

Vos luttes acharnées contre la servitude

Et pour la dignité de l’homme laborieux ?

 

Les sombres défilés où grondait la fureur

Des millions d’exploités par la haute finance,

Jadis faisaient trembler le nanti de terreur

Quand leurs pas martelaient sa proche décadence.

 

Fiers de votre passé, nous devons à présent

Défendre sans merci le fruit de vos conquêtes

Que rogne, chaque jour, le patron méprisant

Devant lequel, courbés, nous inclinons la tête.

 

Debout, redresse-toi, peuple dit souverain,

Chasse le profiteur avide et inutile,

Fais tonner à nouveau ta noble voix d’airain

Et donne à tes enfants un avenir fertile ! 

 

 

Poisson-chat (1er mai 1996)

 

imagesCA3WGY1A