370px-Woman-power_emblem 

Moi, je suis féministe et je le dis bien haut !

Je n'ai pas cependant l'apparence d'un homme,

J’ai juste ce qu’il faut mais placé où il faut,

Et avec mon Adam j’aime croquer la pomme !

 

Messieurs, votre faux dur et ses deux tristounettes

Parées de rares poils, les pauvres mignonnettes,

On en fait tout un plat, tu parles d’une affaire

Car la plupart du temps, il regarde la terre !

 

Et c’est au nom de ça, qu’à travers tous les âges,

La femme fut brimée, réduite en esclavage,

Son rôle étant de pondre et torcher des marmots,

De servir son seigneur, de souffrir sans un mot.

1586696250_23874a8e27[1] 

Des hommes sentencieux lui refusaient une âme,

D’aucuns encor jugeaient son cerveau trop petit,

Dans son code civil, un mégalo infâme

La mit sous le boisseau d’un père ou d’un mari.

 

Les choses ont changé mais d’autres continuent,

Par centaines, chez nous, des femmes sont battues,

Pour un même travail, le salaire est tronqué

Si vous n’exhibez pas la sainte trinité !

 

Mutilées, lapidées, de mes sœurs c’est le sort,

Dans des pays régis par la loi du plus fort,

Privées du moindre droit, toutes ces malheureuses

Lancent un SOS de leurs voix silencieuses.

 

Oui, je suis féministe et je le dis bien haut !

Contre l’iniquité dont souffrent mes semblables,

Depuis longtemps déjà j’ai brandi le drapeau

Qui brisera un jour le joug qui les accable.

 

 

Poisson-chat (1er juillet 2010)

1759_manifestation_feministe_ES_9097[1]